Vu, lu, entendu... Europe

Kadir, le "kurde breton", du fond de sa prison...


28/06/2012



Kadir, le "kurde breton", du fond de sa prison...
À la veille de ce nouvel été, de nombreux innocents croupissent en prison. Kadir est de ceux-là, comme beaucoup de ses amis kurdes dans les geôles de Turquie. Abdulkadir Dilsiz a été interpellé le 4 janvier 2008 puis torturé, incarcéré, jugé et condamné le 2 octobre 2009 à treize années de prison. Sa « faute » qui, bien sûr, n'est qu'un prétexte : « avoir travaillé quelques mois à ROJ TV, cette télévision kurde en exil, émettant depuis le Danemark, qui énerve tant la Turquie » expliquent les Amitiés kurdes de Bretagne.

 Kadir, militant des droits humains et de la cause kurde, est connu en Bretagne où il a résidé et milité. Il a ainsi participé, en tant que traducteur, au film " Un hiver à Istanbul"  qui raconte l’histoire de prisonniers politiques en grève de la faim contre l’isolement cellulaire... Les Amitiés Kurdes de Bretagne invitent à lui écrire.







Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 5 Mars 2015 - 16:46 Aidons les Grecs, de peuple à peuple







Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

​Le mal des soignants

Un mal ronge le milieu de la santé : la violence sur les jeunes en formation. Un nouveau diagnostic révèle même un aggravation chez les futurs infirmier.e.s. Ils se déclarent stressés (78%), épuisés psychologiquement (62%), usagers parfois de psychotropes (27%) et pas seulement à cause du poids des études ou de la précarité qui les oblige à bosser : ils se disent aussi victimes de discriminations (36,5%), de harcèlement (33,4%)... Le milieu n'a jamais été d'une grande douceur mais l'austérité injectée à haute dose depuis des années a mis les soignants eux-mêmes sous tension. Le mal frappe à tous les étages mais le principal c'est que les comptes de la Sécurité Sociale, eux, se portent mieux. 

Michel Rouger

21/09/2017

Nono



Webdoc "Les 11 de Saint Péran"