Vu, lu, entendu… Moyen-Orient

Human Rights Watch dénonce le massacre oublié du Caire


21/08/2014



© 2013 AFP / Getty Images
© 2013 AFP / Getty Images
On a le droit de ne pas aimer les régimes islamistes. Mais comment les pays occidentaux, qui se veulent les chantres de  la démocratie, ont-ils pu tacitement fermer les yeux sur le massacre perpétré au Caire, il y a tout juste un an, par les forces de sécurité égyptiennes ? Plus d'un millier de morts, pour la majorité d'entre eux, tués en un seul lieu, en un peu plus de 24 heures ? "L'un des plus importants massacres de manifestants de l'histoire récente", selon Kenneth Roth, directeur exécutif de Human Rights Watch (HRW).

L'objectif de ce massacre était simple : venir à bout des manifestants qui protestaient contre la destitution du président Mohamed Morsi, membre des Frères Musulmans, élu un an plus tôt, et rétablir l'armée aux commandes, comme elle l'était sans discontinuer depuis 1952 sous des simulacres d'élections.
Un an plus tard, tout va bien : l'armée est de retour au pouvoir. La répression tous azimuts continue. Après les islamistes, c'est au tour de la société civile et des ONG d'être mises au pas.

Formé en Grande-Bretagne et aux Etats-Unis, le maréchal Abdelfattah al Sissi, qui a supervisé cette répression aveugle, devenu le nouveau chef de l'Etat égyptien par la magie des urnes "bien comprises", sera accueilli comme si de rien n'était dans toutes les capitales occidentales... Il est bien loin le printemps égyptien !

Lire le rapport de Human Rights Watch.

Clarisse Lucas





Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 18 Septembre 2014 - 22:11 Appel au don : un havre pour enfants en Syrie



Le Webdocumentaire





Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

​Peste moderne

Pas de pesticide pour elle. Apparue en Occident par un mélange de productivisme et d'argent fou, devenue rapidement un fléau planétaire, la pac, la peste agrochimique, est d'autant plus redoutable qu'elle a, avant d'empoisonner les agriculteurs et ouvriers qui la côtoient ou contaminer la chaîne alimentaire de la terre à l'assiette, infecté gravement les esprits. Pour les paysans qu'elle a sortis de la misère il y a un demi-siècle, elle reste une croyance exploitée sans vergogne par des prêcheurs mercantiles qui les poussent à surproduire avec l'appui de la FNSEA, cet étrange syndicat qui détruit ses propres adhérents, et celui de l'Union européenne qui s'est toujours couchée jusqu'ici devant le monstre Bayer-Monsanto et autres  empoisonneurs. Contre la peste agrochimique et les multiples maux des industries cyniques, un seul traitement : une double dose massive de mouvement citoyen et de courage politique. Il en existe des stocks inemployés.

Michel Rouger

19/10/2017

Nono