Vu, lu, entendu... Citoyenneté / Libertés

Honorer Bigeard ? Un appel à Le Drian


14/11/2012




Honorer Bigeard ? Un appel à Le Drian
L'Association 4ACG (anciens appelés opposés à la Guerre d'Algérie) se mobilise pour recueillir le maximum de signatures avant la cérémonie prévue le 20 novembre à Fréjus, cérémonie présidée par le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, pour le transfert des cendres du général Bigeard dans la nécropole dédiée aux anciens d'Indochine.

Le célèbre et très controversé général, pour qui « la torture était un mal nécessaire  » en Algérie, est décédé le 17 juin 2010 mais ses cendres n'ont toujours pas trouvé leur destination finale, un projet de transfert aux Invalides ayant été annulé sous le précédent gouvernement devant un flot de protestations .

L'Association 4ACG et les autres membres du collectif organisant la pétition  ont été scandalisés par le communiqué du ministère de la Défense rendant hommage, en septembre dernier, au « meneur d'hommes » Bigeard. La pétition doit être remise lundi 19 au ministère.
 
 









Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

Notre Dame de France

Etouffant le ramdam, le Président a remballé le statut de Première Dame promis à sa mariée lors de sa chevauchée printanière vers le pouvoir. Brigitte (qui n'a d'ailleurs jamais prétendu au rôle d'un Philip d'Edimbourg, le grand consort anglais) va seulement voir sa Maison étoffée, plus de gens, un super standard peut-être. Pour un emploi familial, tapez 1. Un voisin bruyant, tapez 2. Un chat perdu, tapez 3. Etc. Mais pourquoi donc une Première Dame ? En Allemagne, l'époux d'Angela Merkel cultive un anonymat farouche : le rôle, il est vrai, n'est pas fait pour les hommes. Concrètement, la République n'a-t-elle pas ses médiateurs, ses serviteurs ? Pourquoi les Français, pour réveiller une administration parfois ensommeillée, devraient-ils compter sur l'oreiller de la Moitié ? En fait, il y a là, bien sûr, plus qu'un service rendu. Un symbole. Celui d'un peuple de sujets plus que de citoyens.

Michel Rouger

09/08/2017

Nono



Webdoc "Les 11 de Saint Péran"