Vu, Lu, Entendu...

En librairie : « La France des Solutions »


16/03/2017




En librairie : « La France des Solutions »
L’association Reporters d’Espoirs publie cette semaine aux Editions Arthaud « La France des Solutions ». Un ouvrage qui, après d’autres publications de ce genre, rassemble des initiatives locales propres à lutter contre « l’ambiance anxiogène » du moment pour reprendre l’expression du médecin-explorateur Jean-Louis Etienne parrain de l’opération. Une cinquantaine d’initiatives sont présentées où l’on trouve des entrepreneurs, agriculteurs, industriels, ouvriers, maires, associatifs, citoyens… investis dans de multiples domaines : emploi, éducation, solidarité, relocalisation, protection de la nature…

Quelques exemples relevés par l’éditeur.   « A Carcassonne, des ouvriers reprennent leur industrie alimentaire au bord de la faillite et la repositionnent sur le local et la qualité. A Onnaing, Toyota choisit la France pour produire un véhicule notamment hybride à destination des marchés européens et américains, créant trois mille neuf cents emplois. C’est dans la Drôme que 30 % de l’agriculture est bio. Et c’est entre Nice et Paris que se perfectionne un moteur de recherche alternatif à Google. Du côté de la solidarité, Marseille avec Acta Vista, ou Lille avec le Collectif des SDF de Lille s’organisent pour répondre à la pénurie de logements, à l’insertion de personnes sans domicile fixe ou de jeunes prometteurs défavorisés. »

La France des Solutions. Editions Arthaud.  384 p. 19,90 €




Nouveau commentaire :







Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

Notre Dame de France

Etouffant le ramdam, le Président a remballé le statut de Première Dame promis à sa mariée lors de sa chevauchée printanière vers le pouvoir. Brigitte (qui n'a d'ailleurs jamais prétendu au rôle d'un Philip d'Edimbourg, le grand consort anglais) va seulement voir sa Maison étoffée, plus de gens, un super standard peut-être. Pour un emploi familial, tapez 1. Un voisin bruyant, tapez 2. Un chat perdu, tapez 3. Etc. Mais pourquoi donc une Première Dame ? En Allemagne, l'époux d'Angela Merkel cultive un anonymat farouche : le rôle, il est vrai, n'est pas fait pour les hommes. Concrètement, la République n'a-t-elle pas ses médiateurs, ses serviteurs ? Pourquoi les Français, pour réveiller une administration parfois ensommeillée, devraient-ils compter sur l'oreiller de la Moitié ? En fait, il y a là, bien sûr, plus qu'un service rendu. Un symbole. Celui d'un peuple de sujets plus que de citoyens.

Michel Rouger

09/08/2017

Nono



Webdoc "Les 11 de Saint Péran"