Vu, lu, entendu… Moyen-Orient

En librairie : Chalandon replonge dans la tragédie du Proche-Orient


05/08/2014




En librairie : Chalandon replonge dans la tragédie du Proche-Orient
C'est l'histoire d'un rêve fou. Celui de Samuel, metteur en scène juif et exilé Grec, qui veut faire jouer l'Antigone de Jean Anouilh à Beyrouth, en pleine guerre. Avec son roman Le Quatrième mur, l'écrivain et journaliste Sorj Chalandon nous entraîne au Liban. Entre théâtre et désespoir.

Un acteur issu de chaque camp incarnera un rôle. Malade, Samuel lègue ce testament à son ami, son frère. C'est donc lui, Georges, qui ira négocier la trêve entre les confessions ennemies et monter la tragédie.

Nous sommes en 1982. Un cinéma en ruines aux allures de théâtre antique, dans la ligne de mire des snipers. Georges, coiffé de la kippa de Samuel, a rassemblé les acteurs : Charbel, le chrétien maronite, Imane, la Palestinienne aux cheveux de feu...
"- Tu es l'orgueil d'Oedipe, a jeté le garçon.
[...] La fille a relevé la tête. Le garçon a ouvert d'autres yeux. L'instant fut magnifique. Deux acteurs se mesuraient. Ni chrétien, ni sunnite, ni Libanais, ni Palestinienne. Deux personnages de théâtre. Antigone et Créon. Elle le narguait. Il la défiait. Elle irait jusqu'à mourir. Il irait jusqu'à la tuer."

La plume de Chalandon, hantée par la guerre, est sublime et puissante.

Puis les chiites, le Druze, la Chaldéenne, etc font leur entrée. Chacun à son tour dit son rôle. Une paix fragile résonne sur la scène de fortune. Jusqu'à ce que la réalité rattrape la tragédie. A moins que ce ne soit l'inverse.

Quelques mois plus tard, c'est le massacre dans les camps de réfugiés palestiniens de Sabra et Chatila, à Beyrouth-Ouest. La voix du narrateur cède la place à celle de Chalandon le journaliste, l'homme. Est-il jamais revenu de Beyrouth ? Il en parle sur France culture.

A l'heure ou le Proche-Orient est à nouveau déchiré par la guerre, à Gaza, en Irak, il faut lire ou relire ce Quatrième mur.

"Deux fenêtres étaient ouvertes. Il était 15h11. Un hurlement terrible. La stupeur. Tous se sont figés, avant de se jeter brusquement sous la table sans un mot. Ils avaient retrouvé les gestes de l'abri.
[...]
Des avions se jetaient sur la ville. Ils bombardaient la capitale du Liban. C'était incroyable, dégueulasse et immense. J'étais en guerre. Cette fois, vraiment. J'avais fermé les yeux. Je tremblais. Ni la peur, ni la surprise, ni la rage, ni la haine de rien. Juste le choc terrible, répété, le fracas immense, la violence brute, pure, l'acier en tous sens, le feu, la fumée, les sirènes réveillées les unes après les autres, les klaxons de voitures folles, les hurlements de la rue, les explosions, encore, encore, encore."


Le Quatrième mur, de Sorj Chalandon, éd. Grasset, 2013, 19 euros
Antigone, de Jean Anouilh, éd. La Table ronde, 2008, 5,90 euros







Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 18 Septembre 2014 - 22:11 Appel au don : un havre pour enfants en Syrie

Vu, lu, entendu… Moyen-Orient







Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y aussi des tâche nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Voici une liste (non exhaustive). Il suffit de prendre contact avec la rédaction. 

Pour le site

Rediffuser/partager le site et la  newsletter
Animer les comptes Facebook et Twitter
Assurer la veille « qualité » 
Réaliser des versions « audio »
Assurer des tâches administratives
Rechercher des financements
Traduire des textes en breton
Traduire des textes en anglais
Faire le lien entre adhérents
Animer un blog Bretagne (bilingue)
Animer un autre blog local
Animer un blog thématique
Etc.
 

Pour les livres

Signaler libraires et autres lieux de diffusion
Aider des rencontres en librairie et autres lieux
Signaler des évènements, des personnes liées au thème
Lire des manuscrits
Relire pour correction
Participer à la mise en page
Traduire en anglais, en espagnol, en breton
Rechercher des modes de financement
Etc.


Le billet de la semaine

​Penelope

On peut le révéler : l'affaire Fillon est finie. Ouvrage il y a eu. Dans la solitude de son château, Penelope tricotait ardemment au coin du feu des chandails et des chaussettes pour les pauvres que son mari opiniâtrement créait à Paris, avec son parti. L'assistante parlementaire assistait. Ça fait cher la pelote mais la laine du mouton noir du natal Pays de Galles n'est pas donnée. Penelope aurait bien aimé aussi, pour l'abbé Pierre, abriter quelques familles sans logement mais il est difficile de cohabiter avec ces gens-là. Comprenons bien que François et Penelope souffrent en ce moment tant ils se sentent en accord avec leur foi catholique qui leur répète que les pauvres sont habillés pour le paradis. Avec Penelope et Les Républicains, prions pour que François Fillon devienne président et applique son programme : développer la pauvreté et aider Penelope à faire sa pelote.

Michel Rouger

01/02/2017

Nono



Webdoc "Les 11 de Saint Péran"