Solidaires

Elles aiment entendre l'Humanité chanter à plusieurs voix


24/02/2013

Les jeunes, les vieux, les nés ici, les venus d'ailleurs... À une époque où les individus et les groupes se crispent sur leurs partitions, Dominique Crestin, Nadia Ragonnet et Ida Simon-Barouh font au contraire dialoguer les coutumes, les mémoires, les différences. Et celles-ci, avec les habitants, montent sur scène.




Alors Zahia et Soaz entonnèrent un air chaâbi, le chant si populaire en Algérie : Zahia en arabe, Soaz en breton.
dvt_d020_130128_1555.mp3 Podcast : Chilet Layani  (378.23 Ko)


De g. à d. : Ida, Nadia et Dominique
De g. à d. : Ida, Nadia et Dominique

Savoirs populaires

C'était un soir d'octobre 2011 lors d'une « balade à travers les mémoires d'ici et d'ailleurs », leur troisième spectacle en deux ans. Tout a commencé en effet en 2009, à l'initiative de Dominique Crestin, sociologue, baroudeuse des quartiers, des associations et du développement local, habituée « du goudron des villes et de la terre des campagnes », comme elle aime dire, et de son compère tout aussi étonnant Marc Clérivet, ingénieur agro, musicien et expert en danse haute-bretonne.

Ensemble, ils invitent des Rennais à rassembler le patrimoine immatériel, multiculturel, dont chacun est riche. Et lancent une opération qu'ils baptisent POK, un drôle de nom mais qui sonne et résonne bien partout dans le monde (baiser en breton, main en gallo, recette de cuisine thaï...). Des savoirs populaires multiples et des récits de vie vont nourrir un blog associé aujourd'hui à Histoires Ordinaires.

Dominique Crestin
Dominique Crestin

Un patrimoine à restituer pour échanger

« Je suis toujours émerveillée de voir comment les gens sont riches », se plaît à répéter Dominique Crestin. Autant dire que la démarche est claire : « Ce patrimoine, il ne s'agit pas de le muséifier, il faut le restituer puis échanger.»  Pour cela, le blog est un bon outil. Il en est un autre : la scène. Avec son collègue Marc, elle  se met en quête de « personnes pour mettre en scène, mettre en musique. » Et ils ne tardent pas à trouver.

Pour mettre en scène les récits des habitants collectés par POK, il y aura Nadia Ragonnet. Pour le chant, la chorale Oy Hakol Tov ! d'Ida Simon-Barouh que dirige un ami de Marc, Lilian Duault. Les trois femmes sont sur la même longueur d'ondes. À son arrivée à Rennes en 1990, Nadia, la psychologue éducatrice spécialisée, a entrepris de créer une compagnie de danse et de théâtre « où il y aurait des jeunes et des moins jeunes, des professionnels et des amateurs, des gens de tous les horizons. » Quant à Ida, elle a un exigence viscérale pour la chorale juive Oy Hakol Tov ! :  « Vient qui veut, juif ou pas juif »...


Nadia Ragonnet
Nadia Ragonnet

Paci Bès, « association pacifiste, culturelle et laïque »

Nadia, soutenue par Le Théâtre de la Paillette et le Mouvement de la Paix, a pu créer en 2002 l'« association pacifiste, culturelle et laïque » Paci Bès :  de Paci, la paix, et de Bès, le dieu de la paix, de la danse et le protecteur de la femme enceinte dans la mythologie égyptienne. Ainsi, depuis dix ans, elle monte des spectacles militants reposant sur les sept piliers de l'Unesco : un jour, pour Gaza, avec des textes du grand poète palestinien Mahmoud Darwich ; un autre à partir d'écrits du penseur anti-colonialiste Frantz Fanon... 

Elle a lancé aussi des ateliers d'écriture « avec des gens dont certains, dit-elle, auraient dû être ennemis » : un Palestinien, une Juive, des Africains, Algériens, Afghans, Haïtiens ; des Bretons aussi... Elle utilise une méthode imaginée à Medellin, en Colombie, entre gangs opposés : travailler sur la mémoire des grands parents et autres référents pour montrer qu'il y a des tas de points communs.

« Je ne demande pas à ceux qui viennent à Paci Bès ce qu'ils font dans la vie, s'ils sont profs ou femmes de ménage, ni de quel quartier ils viennent », souligne-t-elle. Elle est athée, dit-elle aussi, et laïque convaincue : « On est amené à faire des fêtes pour chacun : Hanoukka pour les juifs, l'Aïd pour les musulmans. » Et l'auberge Paci Bès n'est pas près de changer ; à la dernière rentrée, il y a eu trois nouveaux : un Africain, un Breton, une Marocaine.


Ida Simon-Barouh
Ida Simon-Barouh

« La laïcité, les Lumières, ça voulait dire quelque chose ! »

Ida Simon-Barouh, pour sa part, est née dans une famille juive venue de Turquie. Elle n'est pas croyante. « Il y a beaucoup de manières d'être juif, déclare-t-elle ; l'identité juive est culturelle et je suis pour une société pluriculturelle : l'émulation religieuse entre chrétiens,  musulmans, juifs, c'est épouvantable. Chercher à se fermer aux autres, c'est horrible. »

« Nos parents,
ajoute-t-elle, nous disaient : "Ne vous faites pas remarquer". Il fallait s'intégrer ; la laïcité, les Lumières, ça voulait dire quelque chose ! Il faut vraiment se bagarrer pour garder cette chose formidable en France. J'ai 73 ans et, finalement, l'intégration à la française ce n'est pas si mal. » 
 
Elle, l'ethnologue, n'a cessé de chercher à comprendre l'autre, explorant sans relâche les relations inter-ethniques. Elle s'est notamment passionnée pour les cultures cambodgienne et vietnamienne ; elle a raconté l' « histoire d'ethnicité plurielle » d' « une Cambodgienne nommée Bonheur » ; elle a observé « Les étrangers dans la ville », titre d'un autre de ses ouvrages ; puis l'ethnologue est revenue tardivement à sa judéité en publiant en 2009 une étude approfondie sur « Les Juifs à Rennes ».

Ce soir, chez Dominique, elles revivent avec passion leur aventure commune riche de quatre spectacles (à découvrir en détails sur le blog de POK ). Quand elles se retrouvent ainsi ensemble, leurs voix vont parfois crescendo ! Quand il s'agit par exemple du port du voile ou de la pression du religieux sur les activités culturelles juives. Vastes sujets ! Terminons plutôt en chansons : après le chaâbi "arabo-breton" de Zahia et Soaz, un chant yiddish d'Oy Hakol Tov !...

Michel Rouger
dvt_d021_130128_1515.mp3 Podcast - Arum Dem Fayer  (666.79 Ko)







1.Posté par brigitte trubert le 26/09/2014 00:06
superbe initiative à developper

Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 20 Décembre 2012 - 07:38 Les Motards ont du cœur remettent les gaz



Le Webdocumentaire





Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

​Peste moderne

Pas de pesticide pour elle. Apparue en Occident par un mélange de productivisme et d'argent fou, devenue rapidement un fléau planétaire, la pac, la peste agrochimique, est d'autant plus redoutable qu'elle a, avant d'empoisonner les agriculteurs et ouvriers qui la côtoient ou contaminer la chaîne alimentaire de la terre à l'assiette, infecté gravement les esprits. Pour les paysans qu'elle a sortis de la misère il y a un demi-siècle, elle reste une croyance exploitée sans vergogne par des prêcheurs mercantiles qui les poussent à surproduire avec l'appui de la FNSEA, cet étrange syndicat qui détruit ses propres adhérents, et celui de l'Union européenne qui s'est toujours couchée jusqu'ici devant le monstre Bayer-Monsanto et autres  empoisonneurs. Contre la peste agrochimique et les multiples maux des industries cyniques, un seul traitement : une double dose massive de mouvement citoyen et de courage politique. Il en existe des stocks inemployés.

Michel Rouger

19/10/2017

Nono