Connectez-vous
Vu, lu, entendu... Travail

Des garages solidaires


31/01/2012



Les initiatives associatives qui cherchent à allier l'objectif de développement durable et la solidarité sociale sont de plus en plus nombreuses sur les territoires. Les entreprises d'insertion sont au cœur de ce mouvement. Elles couvrent un champ très large d'activités. Apparus assez récemment les garages sociaux ou solidaires prennent une place originale. Ils sont particulièrement utiles au moment où la crise fragilise encore davantage les personnes victimes de précarité.

Les garages solidaires remplissent une triple fonction : rallonger en les reconditionnant la vie des véhicules usagés et ainsi lutter contre le gaspillage de matières premières ; rendre ou maintenir des moyens de mobilité à des personnes précarisées qui n'ont pas l'argent pour entretenir leurs véhicules et encore moins en acheter un neuf ; enfin réinsérer et procurer du travail et un revenu aux personnes en grandes difficultés sociales.

Cela offre aussi la possibilité aux automobilistes plus aisés de faire acte de solidarité en donnant leurs véhicules faiblement cotés. Les entreprises et toute organisation propriétaire d'un parc automobile peuvent également contribuer.

Les vidéos ci-dessous illustrent bien ce mouvement.

Un reportage de Télégramme.tv présente le garage solidaire de Carhaix créé en 2007 est un des pionniers.
Le reportage de Format libre (coopérative d'information) présente Solidarauto, à Trélazé, une des plus récente initiatives qui sera suivi de plusieurs autres en Maine et Loire.  


Solidarauto à Trélazé




Le garage social de Carhaix








Le billet de la semaine

​La Courbe

Moins 0,3 %. La correction cabalistique pratiquée en juin par Pôle Emploi ne doit pas tuer la grande question : la courbe du chômage descend-elle enfin ? À moins de deux ans de la Présidentielle, la température monte chez les politiques. Courbé sur la Courbe qui refusait de courber depuis son arrivée à l'Élysée, François Hollande trépigne : baisse mais baisse donc ! À l'opposé, les Sarkozy, Juppé, Le Pen se tracassent : monte, remonte ! Il est évident en effet que les Français voteront  en 2017 en regardant la Courbe. Certains leur disent qu'elle ne signifie rien, que la Courbe baisse en Grande-Bretagne pendant que celles des inégalités et de la pauvreté grimpent à la vitesse de Froome dans une étape des Pyrénées. Non. Les Français croient à la courbe du chômage, c'est sûr. S'y accrochent quand ils commencent à décrocher. C'est pourquoi ils se déplacent en masse pour aller voter. 

Michel Rouger

30/07/2015

Nono


Newsletter