Vu, lu, entendu... Citoyenneté / Libertés

Des dessins de presse à la BNF


20/05/2012




Des dessins de presse à la BNF
Jusqu'au 24 juin, en partenariat avec  l’Association France-Algérie, la BnF François Mitterrand présente une exposition de dessins de presse algériens et français contemporains. Cinquante au total, présentés dans l’allée Julien Cain, signés d'une douzaine de dessinateurs connus et inconnus qui se sont penchés sur les liens entre les deux pays depuis cinquante ans. Il y a là notamment Plantu, Haroun, Loup, Coco...

Cette exposition « souhaite apporter un message d’amitié et de confiance dans l’avenir des relations franco-algériennes. » Les dessins présentés sont à la fois moqueurs, cruels, tendres, cyniques, douloureux, mais aussi chaleureux et passionnés. Ils rendent compte des évolutions qui apparaissent au fil des générations.

Ci-dessous, douze de ces dessins :

icono_france_algerie.pdf icono_france_algerie.pdf  (383.28 Ko)











Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

Notre Dame de France

Etouffant le ramdam, le Président a remballé le statut de Première Dame promis à sa mariée lors de sa chevauchée printanière vers le pouvoir. Brigitte (qui n'a d'ailleurs jamais prétendu au rôle d'un Philip d'Edimbourg, le grand consort anglais) va seulement voir sa Maison étoffée, plus de gens, un super standard peut-être. Pour un emploi familial, tapez 1. Un voisin bruyant, tapez 2. Un chat perdu, tapez 3. Etc. Mais pourquoi donc une Première Dame ? En Allemagne, l'époux d'Angela Merkel cultive un anonymat farouche : le rôle, il est vrai, n'est pas fait pour les hommes. Concrètement, la République n'a-t-elle pas ses médiateurs, ses serviteurs ? Pourquoi les Français, pour réveiller une administration parfois ensommeillée, devraient-ils compter sur l'oreiller de la Moitié ? En fait, il y a là, bien sûr, plus qu'un service rendu. Un symbole. Celui d'un peuple de sujets plus que de citoyens.

Michel Rouger

09/08/2017

Nono



Webdoc "Les 11 de Saint Péran"