Arts Plastiques

Charlotte tricote des graffitis


09/08/2013

Dans la lignée du mouvement mondial du Yarn Bombing, Charlotte Iung, 25 ans, tricote pour « habiller » les rues de Rennes. Elle organise aussi des cafés-tricots où se tisse le lien entre les générations.




Charlotte Iung fait du Yarn Bombing à Rennes.
Charlotte Iung fait du Yarn Bombing à Rennes.
Yarn Bombing (yarn : fil, bombing : graffiti). On imagine Charlotte Iung partir en guérilla urbaine, armée de grenade en laine, et faire tournoyer un nunchaku d'aiguilles à tricoter. La réalité est plus douce. Le Yarn Bombing trouve son origine chez Magdalena Sayeg, une Américaine qui, un jour de grisaille, décide de tricoter un « protège-poignée » coloré pour sa porte de magasin. La porte ouverte, c'est dehors que la laine enveloppe des statues, des vélos, des panneaux.
C'est l'ère mystérieuse du graffiti-tricot qui naît sans bruit, avec préméditation. Le mode d'action ? Repérer l'endroit à « yarnbomber », prendre les mesures discrètement, tricoter où l'on souhaite et poser le tricot sur mesure. Si Magdalena Sayeg est devenue une pro du marketing, derrière les mailles colorées, Charlotte y voit un moyen de « faire sa petite révolution, à son échelle ».

 

Résister à la vitesse d'un monde connecté qui accélère

La jeune femme prône le retour aux activités manuelles pour résister à la perte de contrôle des choses, à l'obsolescence programmée et à la vitesse grandissante d'un monde connecté. Après être passée aux Beaux-Arts de Quimper, Charlotte décide d'opter pour une « vie calme » sur Rennes : « Je ne veux pas d'une vie d'artiste, alors, je veux être prof. Au départ, je ne faisais pas forcément de tricot urbain mais plutôt des pulls, des coutures, des vêtements... Mais j'ai vu que ça existait et que c'était une bonne idée. » Elle commence à tricoter-graffer en avril 2012 : « J'ai ouvert le blog  YarnBombing Rennes pour mettre les photos. Puisque c'est éphémère, autant avoir une trace photographique. » Internet, royaume de l'instantané qui reste.

La première "intervention" en centre-ville.
La première "intervention" en centre-ville.

"Ça permet de voir les choses qu'on ne voit plus"

Mettre un nœud sur la tête d'une statue est sa première action. Charlotte veut donner « des couleurs à la ville de Rennes » par « interventions ». Elle réchauffe des abris-bus ou des rampes d'escaliers : « Ça permet de voir les choses qu'on ne voit plus. On ne prend jamais le temps de se balader, de regarder autour de nous. Pourtant, regardez, il y a des choses qui se passent ; il y a des gens qui sont là !  »
Elle ajoute de l'humour pour interpeller. Dans sa rue, elle brode un carré « Urinoir ? » sur un poteau, exaspérée que ça sente l'urine les lendemains de fête. Il se dégrade doucement, et un jour, il disparait. Des commerçants, des passants, mais « c'est souvent la municipalité qui enlève ».

Café tricot organisé par la MJC Antipode, janvier 2013.
Café tricot organisé par la MJC Antipode, janvier 2013.

"Jouer avec les codes de la ville, comme les graffeurs"

Dans la ville, tous les chas sont gris et c'est à la laine de leur donner vie : « Je mets souvent différentes couleurs, parce qu'on a souvent les mêmes. C'est normal, ce sont les panneaux de circulation, des choses qui ont faites pour ne pas gêner le regard du conducteur. Alors, on joue avec ça. »
Parfois, certains vont jusqu'à masquer  les panneaux pour les personnaliser, les rendre plus chaleureux. Mais Charlotte précise : « Ce n'est pas mon propos. J'ai juste envie de jouer avec les codes de la ville, comme les graffeurs. » Avec un avantage certain, celui de ne rien dégrader : « Un tag va peut-être détruire davantage... Et encore, il y a une différence entre un graff fait à la va-vite et un graff où il y a une portée artistique et réfléchie. »

Les actions de Charlotte font écho à une jeunesse qui s'agrippe au concret pour résister au vent de l'immatériel, des spéculations et du monde virtuel. Plus que la peur du lendemain, c'est parfois même la peur de l'aujourd'hui : « On produit des choses parce qu'on ne nous en donne pas le loisir. C'est aussi ce côté très lent, de voir la chose se construire qui me plait. Et les mettre dans la rue, pour s'approprier le lieu qui est à moi comme aux autres. Enfin, c'est inviter les autres à faire. » Quand elle le peut, Charlotte utilise un système de récupération, en faisant appel aux dons ou en s'adressant à des dépôts-vente.

Tisser le lien entre les générations

Après les photos publiées de ce qu'elle appelle ses « interventions », le centre régional d'information des jeunes de Rennes (CRIJ) lui propose d'organiser des cafés-tricot ponctuels. : « Ça fait le lien entre les générations. Des jeunes tricotent et des grands-mères leur disent "Attends, je vais te montrer". Ça permet aussi de sortir de l'isolement quelques personnes âgées ou de les ré-inclure dans un rapport avec les générations suivantes. »

Charlotte a fait l'acquisition, non sans fierté, d'une machine à tricoter.
Charlotte a fait l'acquisition, non sans fierté, d'une machine à tricoter.

Charlotte ne court pas après les projets

L'étudiante va travailler pour différentes structures, un salon ou encore l'association les ZékaR, avec laquelle elle a un projet pour décembre : « Dans ces cas précis, je donne de mon temps mais je n'avance pas les fournitures. Ou j'accepte une petite rétribution, si on me le propose. Je préfère travailler pour des associations ou des théâtres comme font France Tricot sur Paris. Des agences de pub aussi sont intéressées mais je ne cours pas après. J'en ai déjà refusé un qu'il fallait rendre dans un délai de deux semaines car ce n'est pas mon but. » Pour mener à bien ses projets, elle a quand même acheté un métier à tricoter (d'occasion bien sûr) qui fait gagner un temps fou en assemblage de mailles. Ralentir, oui, mais mener à bien et à temps ses projets, aussi.

Violette Goarant







1.Posté par Alain Jaunault le 01/08/2013 15:18
Réjouissant reportage et diaporama qui donne toute sa dimension au mouvement Yam Bombing


2.Posté par Annaelle et Ophélie le 08/08/2013 21:38
Et tricoter la 4L de deux Rennaises dans le cadre d'un projet 4L Trophy, c'est possible Charlotte?!
Quoiqu'il en soit, très jolie initiative. Dorénavant, je tâcherai d'ouvrir davantage l'oeil dans les rues de Rennes pour tenter d'apercevoir une de ces pièces colorées.
Merci pour nos yeux.

3.Posté par brigitte trubert le 25/09/2014 23:52
Superbe
À développer pour redonner de la couleur à nos villes

4.Posté par Leguérinel le 07/10/2014 20:34
Bravo Charlotte pour tes belles initiatives pleines de couleurs & de poésie...
Hâte de te retrouver à animer "Octobre rose" au Centre Eugène Maquis le 14 octobre prochain...

Nouveau commentaire :



Le Webdocumentaire





Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

​Peste moderne

Pas de pesticide pour elle. Apparue en Occident par un mélange de productivisme et d'argent fou, devenue rapidement un fléau planétaire, la pac, la peste agrochimique, est d'autant plus redoutable qu'elle a, avant d'empoisonner les agriculteurs et ouvriers qui la côtoient ou contaminer la chaîne alimentaire de la terre à l'assiette, infecté gravement les esprits. Pour les paysans qu'elle a sortis de la misère il y a un demi-siècle, elle reste une croyance exploitée sans vergogne par des prêcheurs mercantiles qui les poussent à surproduire avec l'appui de la FNSEA, cet étrange syndicat qui détruit ses propres adhérents, et celui de l'Union européenne qui s'est toujours couchée jusqu'ici devant le monstre Bayer-Monsanto et autres  empoisonneurs. Contre la peste agrochimique et les multiples maux des industries cyniques, un seul traitement : une double dose massive de mouvement citoyen et de courage politique. Il en existe des stocks inemployés.

Michel Rouger

19/10/2017

Nono