Livres

Au « Rencard des Mots Dits » (vidéo)


12/03/2015

On vous l'avait annoncée, la voici : la vidéo du lancement du livre « Le Rencard des Mots Dits », édité avec fierté par les éditions Histoires Ordinaires. C'était le 3 mars. Les chercheurs d'emploi de Redon ont partagé ces mots qui s'écoutent autant qu'ils se lisent.




C'est Christine Cordonnier, la responsable du service Action Culturelle des Champs Libres à Rennes, qui, micro en main, a accueilli chaleureusement les chercheurs d'emploi de Rebond-Dire-à-Redon. Ils ont été applaudi par le public qui découvrait la richesse de ces poèmes, dignes héritiers de ce qu'on appelle la poésie populaire.

Le moment était d'importance pour ce groupe qui, depuis plus de trois ans, chemine dans l'écriture avec Gigi Bigot, la conteuse et Denis Prost, l'animateur d'Aide Emploi Service. Les mots jaillis de leur colère, ils les ont « artistisés », comme ils disent, et les mots leur ont rendu la pareille : aujourd'hui, ils sont debout et forts pour partager leur cheminement.

(Photo Christian Baudou / Fouet Cocher)
(Photo Christian Baudou / Fouet Cocher)

Des illustrations qui détournent les mots imprimés

Ce que la vidéo ne montre pas, cs sont les illustrations qui ont été en partie réalisées avec Claire Lafont-Rapnouil. Elle leur a proposé de modeler du papier journal. « Un journal, explique-t-elle, parle des problèmes qui sont le quotidien des chercheurs d'emploi. Avec les mots, ils les ont domptés et en ont fait des textes percutants, drôles, tendres, émouvants… C'était intéressant l'idée de détourner les mots imprimés et de les mettre au service de l'imaginaire. Au début, les chercheurs de Rebond-Dire n'osaient pas trop puis ils se sont familiarisés et cela a donné des découvertes intéressantes mises en lumière grâce aux photos de Christian Baudu. Technique facilement accessible, le papier journal est un support qui aide à la création. »

Le livre « Le Rencard des Mots Dits »  est en vente dans toutes les bonnes librairies ou à commander sur le site Histoires Ordinaires. Il se lit de préférence à voix haute, avec ou sans amis, au café des Maudits, un lieu sympathique, où on peut transformer les maux en mots dits, car comme dit Gigi Bigot, « un souci qui est dit, est un souci de parti ».

​Retrouvez aussi  le reportage : 

À lire : « Le Rencard des Mots Dits », par des chercheurs d'emploi de Redon




Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 16 Février 2017 - 17:55 Avec Françoise Sarnowski, lire devient facile







Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y aussi des tâche nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Voici une liste (non exhaustive). Il suffit de prendre contact avec la rédaction. 

Pour le site

Rediffuser/partager le site et la  newsletter
Animer les comptes Facebook et Twitter
Assurer la veille « qualité » 
Réaliser des versions « audio »
Assurer des tâches administratives
Rechercher des financements
Traduire des textes en breton
Traduire des textes en anglais
Faire le lien entre adhérents
Animer un blog Bretagne (bilingue)
Animer un autre blog local
Animer un blog thématique
Etc.
 

Pour les livres

Signaler libraires et autres lieux de diffusion
Aider des rencontres en librairie et autres lieux
Signaler des évènements, des personnes liées au thème
Lire des manuscrits
Relire pour correction
Participer à la mise en page
Traduire en anglais, en espagnol, en breton
Rechercher des modes de financement
Etc.


Le billet de la semaine

​Cette peur si belle

Incroyable, déroutant, quasiment pas normal  : seulement 13 % des Néerlandais ont voté mardi pour le parti d'extrême-droite de Geert Wilders. Depuis des mois pourtant, sa victoire était prévue, annoncée, actée par les radios, les journaux, la télé. Que s'est-il donc passé ? Rien. Si la montée du populisme en Europe est indéniable, si Trump est président et le Brexit en marche, la presse aime bien aussi se raconter et nous raconter des histoires, caresser cette peur exquise de l'extrême-droite, lourde de menaces pour demain mais si profitable aujourd'hui. En réalité, la grande majorité des Néerlandais a sanctionné l'austérité de la droite et des socio-démocrates sans se tromper de combat, sans se polariser sur l'Islam et les immigrés comme le veut un Wilders dont la tignasse est omniprésente dans la presse. Les grands gagnants de mardi sont en fait les Verts de GroenLinks : vous connaissez le visage de Jesse Klaver, leur leader ? 

Michel Rouger

16/03/2017

Nono



Webdoc "Les 11 de Saint Péran"