Vu, lu, entendu...

Artisanat SEL, pionnier du commerce équitable


19/10/2011




Ânes Art'Gonne est très liée aussi à Artisanat Sel. Cette organisation est née en 1983 au sein de l'ONG protestante Service d’Entraide et de Liaison. L'objectif de celle-ci était de créer une nouvelle forme d’action pour lutter contre la pauvreté : le commerce d’objets artisanaux.

Ainsi pionnière du commerce équitable, Artisanat Sel, qui est distincte juridiquement du SEL depuis 1991, a introduit cette année-là en France le café labellisé Max Havelaar. Idée constante : permettre à des femmes et des hommes, des pays en développement de vivre dignement de leur travail. 





Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 27 Novembre 2015 - 07:54 Le prix Pinocchio : votez

Jeudi 19 Novembre 2015 - 18:26 Soutien à Altermondes : l'objectif dépassé

Vu, lu, entendu...







Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y aussi des tâche nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Voici une liste (non exhaustive). Il suffit de prendre contact avec la rédaction. 

Pour le site

Rediffuser/partager le site et la  newsletter
Animer les comptes Facebook et Twitter
Assurer la veille « qualité » 
Réaliser des versions « audio »
Assurer des tâches administratives
Rechercher des financements
Traduire des textes en breton
Traduire des textes en anglais
Faire le lien entre adhérents
Animer un blog Bretagne (bilingue)
Animer un autre blog local
Animer un blog thématique
Etc.
 

Pour les livres

Signaler libraires et autres lieux de diffusion
Aider des rencontres en librairie et autres lieux
Signaler des évènements, des personnes liées au thème
Lire des manuscrits
Relire pour correction
Participer à la mise en page
Traduire en anglais, en espagnol, en breton
Rechercher des modes de financement
Etc.


Le billet de la semaine

​Penelope

On peut le révéler : l'affaire Fillon est finie. Ouvrage il y a eu. Dans la solitude de son château, Penelope tricotait ardemment au coin du feu des chandails et des chaussettes pour les pauvres que son mari opiniâtrement créait à Paris, avec son parti. L'assistante parlementaire assistait. Ça fait cher la pelote mais la laine du mouton noir du natal Pays de Galles n'est pas donnée. Penelope aurait bien aimé aussi, pour l'abbé Pierre, abriter quelques familles sans logement mais il est difficile de cohabiter avec ces gens-là. Comprenons bien que François et Penelope souffrent en ce moment tant ils se sentent en accord avec leur foi catholique qui leur répète que les pauvres sont habillés pour le paradis. Avec Penelope et Les Républicains, prions pour que François Fillon devienne président et applique son programme : développer la pauvreté et aider Penelope à faire sa pelote.

Michel Rouger

01/02/2017

Nono



Webdoc "Les 11 de Saint Péran"