Le billet

​Pénible


13/07/2017




Le patron d'En Marche SA et ses méritants associés se donnent bien de la peine. La nuit, le jour, sous 30°, ils dégauchissent. Ils viennent ainsi de passer sous le rabot le « compte pénibilité » des OS des Temps Modernes. Le mot pénibilité, pas beau, a sauté net. Les ouvriers qui portent 15 kg ou en poussent 250 un tiers du temps, qui restent les bras en l'air la moitié de la journée, qui encaissent des vibrations mécaniques ou qui avalent des saloperies chimiques, se voient limer les contreparties à leur exploitation. Malades ils devront être pour en bénéficier. Ils seront soignés à l'hôpital dans la limite des budgets également rabotés pour réduire l'impôt sur les grosses fortunes. Puis ils mourront. Avant tout le monde. C'est normal. C'est la vie. Il fallait bien alléger la charge qui pèse sur le dos des employeurs. Les paperasses, c'est dur, les taxes, ça fait mal. Le MEDEF d'ailleurs est content. De mauvais esprits refusent pourtant d'applaudir. Franchement, c'est pénible.

Michel Rouger

2017_07_14_penible.mp3 2017 07 14 Pénible.mp3  (1.77 Mo)





Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :

​Abysses - 16/11/2017

​Crac(s) - 09/11/2017

​Le beurre - 02/11/2017

​Peste moderne - 19/10/2017

Visionnaire - 12/10/2017

​Murs sanglants - 04/10/2017

​Du Bâtiment - 28/09/2017

Ensemble - 13/09/2017

Réformes - 31/08/2017

Notre Dame de France - 09/08/2017

L'écharde - 03/08/2017

Ça va, chef ? - 27/07/2017

​Régime - 20/07/2017

Humanité - 27/06/2017

​Hollanderie - 21/06/2017

Couché - 15/06/2017

Communiquons - 01/06/2017

​Tapis rouge - 18/05/2017

1 2 3 4 5 » ... 14


Le billet de la semaine

​Abysses

Parviendront-on un jour à déloger des grands fonds de la bureaucratie européenne les forces mystérieuses qui poussent à la destruction de systèmes vivants déjà bien mal en point ? Au moment même où 15 000 scientifiques de 184 pays alertent sur la dégradation sans précédent de la vie sur la Planète, la Commission européenne continue de favoriser la pêche électrique pourtant officiellement interdite depuis près de vingt ans. Aussi déterminés à soutenir les pêcheurs néerlandais que les Monsanto et autres industriels grands producteurs de perturbateurs endocriniens, les technopirates bruxellois ont d'abord contourné l'interdiction par des dérogations. Aujourd'hui, ils demandent aux députés européens de banaliser cette pêche hautement destructrice. Par quelle impulsion pourrait-on les empêcher de nous envoyer par le fond ?

Michel Rouger

16/11/2017

Nono










Newsletter