Le billet

​Penelope


01/02/2017




On peut le révéler : l'affaire Fillon est finie. Ouvrage il y a eu. Dans la solitude de son château, Penelope tricotait ardemment au coin du feu des chandails et des chaussettes pour les pauvres que son mari opiniâtrement créait à Paris, avec son parti. L'assistante parlementaire assistait. Ça fait cher la pelote mais la laine du mouton noir du natal Pays de Galles n'est pas donnée. Penelope aurait bien aimé aussi, pour l'abbé Pierre, abriter quelques familles sans logement mais il est difficile de cohabiter avec ces gens-là. Comprenons bien que François et Penelope souffrent en ce moment tant ils se sentent en accord avec leur foi catholique qui leur répète que les pauvres sont habillés pour le paradis. Avec Penelope et Les Républicains, prions pour que François Fillon devienne président et applique son programme : développer la pauvreté et aider Penelope à faire sa pelote.

Michel Rouger

​Penelope

2017_02_01_penelope.mp3 2017 02 01 Penelope.mp3  (1.55 Mo)






Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :

Images - 26/01/2017

En 2017, marchons - 19/01/2017

Chasse africaine - 05/01/2017

Alep - 14/12/2016

« Tous ensemble » - 08/12/2016

​L'annonce - 01/12/2016

​Fillon-la-casse - 21/11/2016

​Trop forts - 14/11/2016

​Ronald McDonald - 09/11/2016

Pardon breton - 03/11/2016

​Le combat - 22/09/2016

​ Apparences - 15/09/2016

​Jardinons - 07/09/2016

​Go ! - 26/07/2016

​Écrans sauvages - 17/07/2016

Rocard, enfin - 07/07/2016

A l'affiche - 23/06/2016

La violence - 16/06/2016

1 2 3 4 5 » ... 12


Le billet de la semaine

Les 13 000 de Saidnaya


Tour à tour affligés, amusés, révoltés, nous dévorons les feuilletons de Trump le bouffon et Fillon le cupide. Quand soudain, mardi, une nouvelle fait exploser le cœur et l'esprit. Un « abattoir humain », dit Amnesty. Quel Picasso viendra révéler pour l'éternité ce Guernica syrien dix fois pire que le massacre franquiste ? Qui peindra les 13 000 pendus de Saidnaya ? Chaque semaine, de 2011 à 2015, des gardiens les ont humiliés, torturés puis tués, méthodiquement, à la nazie. Usine de la mort. Banalité du mal. Nous sommes jeudi maintenant : qui parle encore des 13 000 martyrs de Saidnaya ? L'oubli les recouvre déjà au milieu des 300 000 morts de la guerre syrienne. Seuls les réfugiés peuvent encore nous interpeller mais leurs voix sont couvertes par les chiens de Marine Le Pen qu'on laisse trop facilement aboyer.

Michel Rouger

2017_02_09_les_13_000_de_saidnaya.mp3 2017 02 09 Les 13 000 de Saidnaya.mp3  (1.65 Mo)



08/02/2017

Nono




Webdoc "Les 11 de Saint Péran"







Newsletter