Le billet

​Parole


30/03/2017




Manuel Valls s'était engagé à soutenir le vainqueur de la primaire : c'est non, il va voter Macron. François Fillon avait déclaré qu'il ne serait plus candidat s'il était mis en examen ; ben non, je reste. Telle est la parole aujourd'hui de deux anciens premiers ministres rêvant de devenir chefs d'État. Le déshonneur assumé, revendiqué même au nom de l'intérêt supérieur de la Nation quand il ne s'agit que d'intérêt personnel : rebondir en tuant enfin le PS pour l'un, se mettre à l'abri de la justice pour l'autre. De quoi favoriser un peu plus les paroles extrêmes, les mensonges de Marine Le Pen, les bons mots de Jean-Luc Mélenchon. D'inciter les électeurs à rester silencieux le 23 avril. De laisser pour de bon la démocratie sans voix.

Michel Rouger

2017_03_30_parole.mp3 2017 03 30 Parole.mp3  (1.38 Mo)






1.Posté par Jean-Yves Dagnet le 31/03/2017 12:58
Bravo pour cet Edito court et très pertinent; Je fais tourner sur FB

Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :

​Abysses - 16/11/2017

​Crac(s) - 09/11/2017

​Le beurre - 02/11/2017

​Peste moderne - 19/10/2017

Visionnaire - 12/10/2017

​Murs sanglants - 04/10/2017

​Du Bâtiment - 28/09/2017

Ensemble - 13/09/2017

Réformes - 31/08/2017

Notre Dame de France - 09/08/2017

L'écharde - 03/08/2017

Ça va, chef ? - 27/07/2017

​Régime - 20/07/2017

​Pénible - 13/07/2017

Humanité - 27/06/2017

​Hollanderie - 21/06/2017

Couché - 15/06/2017

Communiquons - 01/06/2017

​Tapis rouge - 18/05/2017

1 2 3 4 5 » ... 14


Le billet de la semaine

​Abysses

Parviendront-on un jour à déloger des grands fonds de la bureaucratie européenne les forces mystérieuses qui poussent à la destruction de systèmes vivants déjà bien mal en point ? Au moment même où 15 000 scientifiques de 184 pays alertent sur la dégradation sans précédent de la vie sur la Planète, la Commission européenne continue de favoriser la pêche électrique pourtant officiellement interdite depuis près de vingt ans. Aussi déterminés à soutenir les pêcheurs néerlandais que les Monsanto et autres industriels grands producteurs de perturbateurs endocriniens, les technopirates bruxellois ont d'abord contourné l'interdiction par des dérogations. Aujourd'hui, ils demandent aux députés européens de banaliser cette pêche hautement destructrice. Par quelle impulsion pourrait-on les empêcher de nous envoyer par le fond ?

Michel Rouger

16/11/2017

Nono










Newsletter