Le billet

​Parole


30/03/2017




Manuel Valls s'était engagé à soutenir le vainqueur de la primaire : c'est non, il va voter Macron. François Fillon avait déclaré qu'il ne serait plus candidat s'il était mis en examen ; ben non, je reste. Telle est la parole aujourd'hui de deux anciens premiers ministres rêvant de devenir chefs d'État. Le déshonneur assumé, revendiqué même au nom de l'intérêt supérieur de la Nation quand il ne s'agit que d'intérêt personnel : rebondir en tuant enfin le PS pour l'un, se mettre à l'abri de la justice pour l'autre. De quoi favoriser un peu plus les paroles extrêmes, les mensonges de Marine Le Pen, les bons mots de Jean-Luc Mélenchon. D'inciter les électeurs à rester silencieux le 23 avril. De laisser pour de bon la démocratie sans voix.

Michel Rouger

2017_03_30_parole.mp3 2017 03 30 Parole.mp3  (1.38 Mo)







1.Posté par Jean-Yves Dagnet le 31/03/2017 12:58
Bravo pour cet Edito court et très pertinent; Je fais tourner sur FB

Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :

​Régime - 20/07/2017

​Pénible - 13/07/2017

Humanité - 27/06/2017

​Hollanderie - 21/06/2017

Couché - 15/06/2017

Communiquons - 01/06/2017

​Tapis rouge - 18/05/2017

​Marchons - 08/05/2017

​Insoumis, mon ami - 04/05/2017

Oui ! - 19/04/2017

Quarté + - 13/04/2017

​Moule mou - 27/03/2017

​Les menteurs - 09/03/2017

​Noce diabolique - 02/03/2017

​Penelope - 01/02/2017

Images - 26/01/2017

1 2 3 4 5 » ... 13


Le billet de la semaine

​Régime

Tous au régime, répètent les journaux. Pas pour nous aider à amincir des corps trop débordants l'été venu. Là, c'est trop tard. Non, le régime, c'est la métaphore préférée des médias pour rendre légers les choix brutaux des gouvernants. Au "régime", ou à la « "diète", les collectivités locales, l'État, la Sécu. Ou bien, pour changer : L'État "réduit son train de vie", "se serre la ceinture". Etc. Trop gras, trop gros, que fondent tous ces milliards en trop ! Bien sûr, les médias pourraient titrer sur les victimes de ces régimes à répétition, les mal soignés, les mal logés. Sur les firmes privées qui font du gras sur des services jusqu'ici gratuits. Ou encore sur les immenses besoins non satisfaits. Eloignés du réel, ils soutiennent au contraire par de doux euphémismes les idéologues de l'impôt allégé et de la diète publique.

Michel Rouger

20/07/2017

Nono




Webdoc "Les 11 de Saint Péran"







Newsletter