Le billet

​Parole


30/03/2017




Manuel Valls s'était engagé à soutenir le vainqueur de la primaire : c'est non, il va voter Macron. François Fillon avait déclaré qu'il ne serait plus candidat s'il était mis en examen ; ben non, je reste. Telle est la parole aujourd'hui de deux anciens premiers ministres rêvant de devenir chefs d'État. Le déshonneur assumé, revendiqué même au nom de l'intérêt supérieur de la Nation quand il ne s'agit que d'intérêt personnel : rebondir en tuant enfin le PS pour l'un, se mettre à l'abri de la justice pour l'autre. De quoi favoriser un peu plus les paroles extrêmes, les mensonges de Marine Le Pen, les bons mots de Jean-Luc Mélenchon. D'inciter les électeurs à rester silencieux le 23 avril. De laisser pour de bon la démocratie sans voix.

Michel Rouger

2017_03_30_parole.mp3 2017 03 30 Parole.mp3  (1.38 Mo)







1.Posté par Jean-Yves Dagnet le 31/03/2017 12:58
Bravo pour cet Edito court et très pertinent; Je fais tourner sur FB

Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :

​Tapis rouge - 18/05/2017

​Marchons - 08/05/2017

​Insoumis, mon ami - 04/05/2017

Oui ! - 19/04/2017

Quarté + - 13/04/2017

​Moule mou - 27/03/2017

​Les menteurs - 09/03/2017

​Noce diabolique - 02/03/2017

​Penelope - 01/02/2017

Images - 26/01/2017

En 2017, marchons - 19/01/2017

Chasse africaine - 05/01/2017

Alep - 14/12/2016

« Tous ensemble » - 08/12/2016

​L'annonce - 01/12/2016

1 2 3 4 5 » ... 13


Le billet de la semaine

​Télé Bolloré (suite)

Le choc quotidien entre les tragédies humaines et le crétinisme commercial qui se relaient sur les écrans télé fait parfois vomir. Ainsi, entre les morts de Manchester ou de la Méditerranée, du canular homophobe pourri de l'animateur Cyril Hanouna sur C8. En voyant s'enflammer les réseaux sociaux et le Paysage Audiovisuel Français, le beauf du PAF et la chaîne de Bolloré exultent sans doute secrètement : la provoc cartonne comme jamais. Certes, les annonceurs fuient cette fois la plus belle pompe à pub de C8 et le CSA, qui a reçu 25 000 plaintes, prépare des sanctions. Mais la tempête, se disent-ils, va passer. Comme d'habitude, deux mots d'excuse devraient suffire. A la réflexion, Bolloré doit même aller plus loin. Pour améliorer sa réputation, malmenée par les mises au pas des rédactions de Canal +, d'I-télé ou ses procès contre des journalistes, il devrait nommer Hanouna patron de l'info. Au nom de la liberté d'expression. 

Michel Rouger

25/05/2017

Nono




Webdoc "Les 11 de Saint Péran"







Newsletter