Vu, lu, entendu... Revenus / Pauvreté

​L'échelle des salaires : où vous situez-vous ?


14/05/2015



​L'échelle des salaires : où vous situez-vous ?
L'Observatoire des inégalités a actualisé son outil permettant à chaque salarié de situer sa paye par rapport à l'ensemble des salariés du pays. L'outil fonctionne à partir des données publiées par l’Insee. Vous inscrivez votre salaire dans une fenêtre et voyez aussitôt combien de gens gagnent moins ou plus que vous.

« 63 % des salariés, résume l'Observatoire des inégalités, touchent moins de 2 000 euros nets par mois, la moitié moins de 1 730 euros, 30 % moins de 1 444 euros... Si l’on ne prend que des salaires en équivalent temps plein, l’échelle commence en théorie au Smic (1 130 euros nets mensuels en 2014) et peut atteindre des niveaux très élevés. Le seuil des 1 % des salariés les mieux payés se situe à 7 914 euros. A 4 000 euros vous faites partie des 7 % les mieux payés, à 3 000 euros seuls 15 % des salariés gagnent plus que vous. »




Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 2 Septembre 2015 - 17:51 Rentrée étudiante : les astuces collaboratives

Mercredi 2 Juillet 2014 - 22:45 Forte augmentation du nombre de ménages pauvres



Le Webdocumentaire





Donner un coup de main

Tout un chacun peut participer à Histoires Ordinaires. Proposer bien sûr des sujets de reportage et des informations pour la rubrique "Vu, lu, entendu" mais il y a aussi des tâches nombreuses, variées, aussi utiles qu'accessibles. Vous pouvez en trouver ici une liste. Ensuite il suffit de prendre contact avec la rédaction. 


Le billet de la semaine

​Peste moderne

Pas de pesticide pour elle. Apparue en Occident par un mélange de productivisme et d'argent fou, devenue rapidement un fléau planétaire, la pac, la peste agrochimique, est d'autant plus redoutable qu'elle a, avant d'empoisonner les agriculteurs et ouvriers qui la côtoient ou contaminer la chaîne alimentaire de la terre à l'assiette, infecté gravement les esprits. Pour les paysans qu'elle a sortis de la misère il y a un demi-siècle, elle reste une croyance exploitée sans vergogne par des prêcheurs mercantiles qui les poussent à surproduire avec l'appui de la FNSEA, cet étrange syndicat qui détruit ses propres adhérents, et celui de l'Union européenne qui s'est toujours couchée jusqu'ici devant le monstre Bayer-Monsanto et autres  empoisonneurs. Contre la peste agrochimique et les multiples maux des industries cyniques, un seul traitement : une double dose massive de mouvement citoyen et de courage politique. Il en existe des stocks inemployés.

Michel Rouger

19/10/2017

Nono