Le billet

​Demain, l'exclusion


07/09/2017




Jusqu'ici, les gouvernements en faisaient - au moins hypocritement - une priorité. C'est fini. Avec la présidence Macron s'achève la lutte contre l'exclusion. Dès cette première rentrée du nouveau pouvoir, des salariés se retrouvent dehors, des services ne sont plus rendus : la réduction brutale des contrats aidés brise des espoirs de réinsertion et frappe des besoins sociaux essentiels. Les associations, déjà affaiblies par la réduction des budgets municipaux, vont continuer à lutter. Une pétition circule. Rien n'y fera. L'avenir, c'est d'adapter les gens aux « emplois normaux » que les ordonnances vont rendre plus précaires. L'avenir est à l'exclusion. Et à la fortune dont l'impôt baisse. L'avenir est à l'aumône. Après la baisse des APL, le Président a d'ailleurs lui-même fait la quête mardi auprès des propriétaires. 

Michel Rouger

2017_09_04_demain_l__exclusion.mp3 2017 09 04 Demain l'Exclusion.mp3  (1.55 Mo)






1.Posté par goupil le 07/09/2017 11:23
Hélas! bien vu, Michel.

Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :

Tais-toi et marche - 23/11/2017

​Abysses - 16/11/2017

​Crac(s) - 09/11/2017

​Le beurre - 02/11/2017

​Peste moderne - 19/10/2017

Visionnaire - 12/10/2017

​Murs sanglants - 04/10/2017

​Du Bâtiment - 28/09/2017

Ensemble - 13/09/2017

Réformes - 31/08/2017

Notre Dame de France - 09/08/2017

L'écharde - 03/08/2017

Ça va, chef ? - 27/07/2017

​Régime - 20/07/2017

​Pénible - 13/07/2017

Humanité - 27/06/2017

​Hollanderie - 21/06/2017

Couché - 15/06/2017

Communiquons - 01/06/2017

​Tapis rouge - 18/05/2017

1 2 3 4 5 » ... 14


Le billet de la semaine

Tais-toi et marche

Deux-cents jours qu'il nous fait marcher. Deux-cents jours que nous marchons. Le Président parvient à maintenir la cadence. Son parti de supporteurs marche au pas derrière le lieutenant Castaner. Les ex-socialistes continuent de marcher sur leurs convictions passées. Le Medef et les ultra-riches cherchent à accélérer le mouvement. Certes, les syndicats traînent la jambe depuis la farce de dialogue social sur les ordonnances, les associations aussi depuis la chute des contrats aidés, ou encore les élus locaux privés de taxe d'habitation, soumis encore plus à l'État, bientôt moins nombreux... Mais leur grogne n'entrave en rien la grande marche en avant. Nous marchons. Vers où ? On ne sait pas vraiment. Vers moins de démocratie et plus d'inégalités, ça c'est sûr. Le passé semble notre avenir. Pour le reste... Heureusement, le chef sait. Il nous montre le chemin en souriant aux lendemains qui chantent. Alors marchons. Aujourd’hui, demain, jour après jour.

Michel Rouger

23/11/2017

Nono










Newsletter