Le billet

​Crac(s)


09/11/2017




Ils ne sont pas prêts de s'écrouler, oh non ! De légers craquements seulement se font entendre. Insensiblement, les deux piliers du pouvoir semblent cette fois branler. Attaquée pour la septième fois en dix ans, la ploutocratie mondiale qui tire profit et s'affranchit des sociétés depuis quelque trente ans est démasquée comme jamais par l'union internationale de 400 journalistes d'investigation qui ne la lâchent plus. Parallèlement, la phallocratie affronte les rébellions inédites des victimes de harcèlement sexuel  et de 341 professeur·e·s qui n'enseigneront plus le dogme grammatical édicté par les barbons de l'Académie au XVIIᵉ siècle et inoculé dans le cerveau de tous les petits Français depuis le XIXᵉ : « Le masculin l'emporte sur le féminin. » Toute une histoire. Toute l'Histoire. Quoi qu'il arrive, ces assauts et rébellions sont bonnes à prendre en ces temps de déprime démocratique.

Michel Rouger





1.Posté par Bouju le 10/11/2017 09:28
c'est clai, net, bien vu, je souscris. Ne jamais se lasser, le tissu libérateur qui se trame mène vers...des lendemains chantants?Bonnes journées à venir.

Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :

​Abysses - 16/11/2017

​Le beurre - 02/11/2017

​Peste moderne - 19/10/2017

Visionnaire - 12/10/2017

​Murs sanglants - 04/10/2017

​Du Bâtiment - 28/09/2017

Ensemble - 13/09/2017

Réformes - 31/08/2017

Notre Dame de France - 09/08/2017

L'écharde - 03/08/2017

Ça va, chef ? - 27/07/2017

​Régime - 20/07/2017

​Pénible - 13/07/2017

Humanité - 27/06/2017

​Hollanderie - 21/06/2017

Couché - 15/06/2017

Communiquons - 01/06/2017

​Tapis rouge - 18/05/2017

1 2 3 4 5 » ... 14


Le billet de la semaine

​Abysses

Parviendront-on un jour à déloger des grands fonds de la bureaucratie européenne les forces mystérieuses qui poussent à la destruction de systèmes vivants déjà bien mal en point ? Au moment même où 15 000 scientifiques de 184 pays alertent sur la dégradation sans précédent de la vie sur la Planète, la Commission européenne continue de favoriser la pêche électrique pourtant officiellement interdite depuis près de vingt ans. Aussi déterminés à soutenir les pêcheurs néerlandais que les Monsanto et autres industriels grands producteurs de perturbateurs endocriniens, les technopirates bruxellois ont d'abord contourné l'interdiction par des dérogations. Aujourd'hui, ils demandent aux députés européens de banaliser cette pêche hautement destructrice. Par quelle impulsion pourrait-on les empêcher de nous envoyer par le fond ?

Michel Rouger

16/11/2017

Nono










Newsletter